Comment valoriser sa performance développement durable ? (article paru dans le magazine Réussir n°105 - édition de décembre 2015)

Ces dernières années, les démarches RSE plus ou moins structurées se sont développées dans le paysage sénégalais. Les entreprises prennent conscience des impacts de leurs activités sur l’environnement et la société, et redistribuent une partie de la valeur créée au travers de leurs actions RSE.  Cependant, les parties prenantes autres que les bénéficiaires directs ont très peu de visibilité sur les démarches que mènent les entreprises.  Pourtant, pour valoriser ces actions, il est indispensable d’en parler, et de bien en parler !

Certaines entreprises publient déjà des rapports annuels selon les standards internationaux ; c’est le cas de Téranga Gold qui publie un rapport RSE suivant les lignes directrices du Global Reporting Initiative (GRI G4). D’autres sont soumises à des obligations de communication du fait de leur adhésion à des initiatives internationales ; comme Neurotech qui publie une Communication sur le Progrès en tant que signataire du Pacte Mondial des Nations Unies. Ces initiatives sont volontaires ; et, en l’absence d’obligations réglementaires, la communication responsable reste une pratique marginale au Sénégal.

Alors pourquoi communiquer sur la RSE ?

La réponse est assez intuitive. D’un côté, avoir un département en charge de la communication est désormais un standard dans la plupart des entreprises sénégalaises. Les moyens sont donc déjà en place dans la plupart des cas. De l’autre côté, la pression des parties prenantes est de plus en plus forte. Entre autres, des conditions relatives à la protection des populations riveraines apparaissent dans les appels d’offres ; et les clients internationaux exigent que les produits qu’ils achètent soient fabriqués dans le respect l’environnement. Communiquer sur sa démarche RSE répond à tous ses enjeux :

·      Les entreprises ne peuvent faire de la RSE sans rendre compte à leurs parties prenantes. C’est être un acteur responsable que de montrer sa démarche en toute transparence ;

·      Avoir une démarche RSE constitue un avantage compétitif sur le marché actuel. Ce serait dommage de remplir les conditions de clients prospectifs en matière de RSE et de ne pas le faire savoir ;

·      Une communication responsable adaptée augmente l’attractivité auprès des investisseurs. L’entreprise renforce la confiance des investisseurs existants en leur assurant la prise en compte des risques RSE (réputation, environnement, social, etc.) ; tout en attirant de nouveaux types de capitaux (fonds vert, investissements socialement responsables, finance carbone, etc.).

Comment communiquer sur sa performance RSE ?

Le terme clé ici est « Performance ». Parce que oui, de la même manière que les performances économiques sont suivies, la performance RSE l’est aussi. Un rapport reprenant les actions RSE menées par une entreprise n’a de valeur que si les informations communiquées sont pertinentes et fiables. Et quoi de plus fiable que des indicateurs de performance ? Voici quelques clés pour bien communiquer sur sa performance RSE :

·      Il est impératif d’identifier les indicateurs de performance (quantitatifs et qualitatifs) pertinents par rapport à l’activité et aux attentes des parties prenantes. Il serait suspicieux qu’une cimenterie ne parle pas des actions mises en œuvre pour réhabiliter ses carrières en fin de vie dans son rapport RSE ; ou qu’une compagnie de transport mette l’accent sur le sponsoring d’un match de football plutôt que de chiffrer ses émissions de CO2.

·      La fiabilité des informations communiquées est essentielle : communiquer sur la RSE, c’est communiquer sur l’entreprise et il en va de sa crédibilité ! Toutes les informations communiquées doivent pouvoir être vérifiées, d’où l’importance de mettre en place un processus de reporting RSE. Pour aller plus loin, l’entreprise peut même faire vérifier son rapport RSE par un tiers indépendant, au même titre que ses informations financières.

Pour guider la communication RSE des entreprises, un certain nombre de normes internationales existent. Parmi elles, la norme ISO 26000 permet d’identifier les domaines d’action sur lesquels agir et communiquer. Le Global Reporting Initiative (GRI) quant à lui standardise le contenu des rapports RSE.

Alors n’attendez plus, communiquez sur votre performance RSE, c’est tout à votre avantage !

Aichatou Ndiaye Diallo

We Care - Sustainability Consulting, 81 Boulevard de la République, Dakar, Dakar, Senegal

Aïchatou Ndiaye Diallo est experte en Développement Durable et Responsabilité Sociétale. Passionnée par les problématiques de développement et persuadée du rôle décisif des entreprises et du secteur public dans la résolution de ces problématiques, elle a créé en 2015 le cabinet We Care. Forte d’une solide expérience en cabinet de conseil de renommée internationale et dans le secteur bancaire, Aïchatou a une connaissance approfondie des enjeux sociétaux auxquels les organisations sont confrontées. Elle a conseillé des grands groupes de tous secteurs d’activité en Afrique (Maroc, Nigéria, Burkina Faso, etc.), en Europe (France, Norvège, Suède, Danemark, Allemagne, Italie, Roumanie, etc.), en Asie (Chine, Taïwan, etc.) et en Amérique latine (Argentine, Brésil, etc.). Aïchatou est ingénieur diplômée de l’école des Mines de Douai et de HEC Paris.