Adhérer au Pacte Mondial, un pas vers la durabilité

Ça y est, vous avez décidé d’engager votre entreprise sur le chemin d’un développement durable. Bravo ! Vous avez conscience des impacts de vos activités sur l’environnement et la société en générale ; et vous avez même mis en place quelques actions allant dans le bon sens. Seulement voilà, vous ne voyez pas encore bien comment intégrer tout ça à la vie quotidienne de votre entreprise. L’intention est là, mais la mise en pratique est encore un peu hésitante. Pas de panique, vous avez un outil tout prêt à votre disposition, le Pacte Mondial.

Le Pacte Mondial, qu’est-ce-que c’est ?

Le Pacte Mondial est la plus large initiative internationale en matière de développement durable. Lancé en 2000 parle l’Organisation des Nations Unies (ONU), il compte aujourd’hui plus de 12000 signataires dans 170 pays. Le nombre d’entreprises sénégalaises adhérentes varient selon les années ; aujourd’hui on dénombre cinq membres actifs sénégalais de l’initiative, dont le plus récent est Wari. Le Pacte Mondial est destiné à rassembler les entreprises, les organismes des Nations Unies, le monde du travail et la société civile autour de dix principes universels que sont :

Principe 1 : Les entreprises sont invitées à promouvoir et à respecter la protection du droit international relatif aux droits de l'homme.

Principe 2 : Les entreprises sont invitées à veiller à ne pas se rendre complices de violations des droits de l'homme.

Principe 3 : Les entreprises sont invitées à respecter la liberté d'association et à reconnaître le droit de négociation collective.

Principe 4 : Les entreprises sont invitées à contribuer à l'élimination du travail forcé ou obligatoire.

Principe 5 : Les entreprises sont invitées à contribuer à l'abolition effective du travail des enfants.

Principe 6 : Les entreprises sont invitées à contribuer à l'élimination de toute discrimination en matière d'emploi et de profession.

Principe 7 : Les entreprises sont invitées à appliquer l'approche de précaution aux problèmes touchant à l'environnement.

Principe 8 : Les entreprises sont invitées à prendre des initiatives tendant à promouvoir une plus grande responsabilité en matière d'environnement

Principe 9 : Les entreprises sont invitées à favoriser la mise au point et la diffusion de technologies respectueuses de l'environnement.

Principe 10 : Les entreprises sont invitées à agir contre la corruption sous toutes ses formes, y compris l'extorsion de fonds et les pots-de-vin.

 Pourquoi adhérer au Pacte Mondial ?

D’abord, signer le Pacte Mondial c’est s’engager publiquement auprès d’un organisme international, l’ONU. C’est crédibiliser votre démarche de développement durable en l’inscrivant dans la lignée de standards internationaux. Ensuite, avec ses dix principes, le Mondial fournit une feuille de route du développement durable. En effet, l’entreprise signataire s’engage à concentrer ses efforts autour des quatre thématiques que sont les droits de l’Homme, les normes internationales de travail, l’environnement et la lutte contre la corruption. De quoi avoir une idée plus précise de la direction à faire prendre à sa démarche de développement durable ! Selon les derniers sondages réalisés auprès de ses membres, 81% des entreprises considèrent qu’adhérer au Pacte Mondial leur a permis d’améliorer leur démarche de développement durable. Enfin, les signataires du Pacte Mondial bénéficient de l’effet de réseau. Les entreprises ont ainsi accès à des dizaines de guides pratiques couvrant des sujets aussi divers que les droits de l’Homme dans le secteur minier ou la parité en entreprise. Formations et séminaires en ligne sont organisés régulièrement, et de nombreux outils sont mis à disposition. Les signataires s’organisent en réseaux locaux, bénéficiant ainsi d’un accompagnement spécifique. L’Afrique de l’Ouest ne compte pour l’instant que deux réseaux locaux (au Nigéria et au Ghana), pourquoi pas un troisième au Sénégal ?

 Comment mettre en œuvre le Pacte Mondial ?

Adhérer au Pacte Mondial des Nations Unies est relativement facile. Il suffit d’envoyer une lettre d’engagement (électronique) signée par le dirigeant de votre entreprise. Au-delà de cette simple adhésion, il est demandé au signataire de contribuer financièrement au Pacte Mondial. Cette contribution n’est pas obligatoire, et le montant est laissé à la discrétion du signataire. Disons que plus la taille de votre structure est importante, plus le montant attendu sera élevé. Le centre de ressources en ligne regorge de guides de mise en œuvre sur les quatre thématiques du Pacte Mondial. A vous de piocher dedans, en fonction des questions que vous vous posez et du contexte dans lequel votre entreprise opère. La mise en œuvre des principes du Pacte Mondial inclut la définition d’objectifs mesurables et la publication, chaque année, d’une Communication sur le Progrès (COP). Il s’agit ici de valoriser votre démarche de développement durable tout en rendant compte des progrès accomplis à vos parties prenantes. Dans la pratique, de nombreux outils sont à votre disposition pour savoir comment structurer ce rapport : guides pratiques publiés par le Pacte Mondial, Global Reporting Initiative, etc. Comme souvent pour ce genre d’initiatives, deux niveaux de communication coexistent : le niveau basique ou GC Active et le niveau avancé ou GC Advanced. Cependant, la mise en place d’indicateurs de performance et la réalisation des rapports annuels peuvent se révéler complexe.

Pour en savoir plus, contactez-nous !

Aichatou Ndiaye Diallo

We Care - Sustainability Consulting, 81 Boulevard de la République, Dakar, Dakar, Senegal

Aïchatou Ndiaye Diallo est experte en Développement Durable et Responsabilité Sociétale. Passionnée par les problématiques de développement et persuadée du rôle décisif des entreprises et du secteur public dans la résolution de ces problématiques, elle a créé en 2015 le cabinet We Care. Forte d’une solide expérience en cabinet de conseil de renommée internationale et dans le secteur bancaire, Aïchatou a une connaissance approfondie des enjeux sociétaux auxquels les organisations sont confrontées. Elle a conseillé des grands groupes de tous secteurs d’activité en Afrique (Maroc, Nigéria, Burkina Faso, etc.), en Europe (France, Norvège, Suède, Danemark, Allemagne, Italie, Roumanie, etc.), en Asie (Chine, Taïwan, etc.) et en Amérique latine (Argentine, Brésil, etc.). Aïchatou est ingénieur diplômée de l’école des Mines de Douai et de HEC Paris.