5 clés pour réussir son premier rapport RSE

Mettre en place une démarche RSE, c’est bien, même très bien. Mais savoir la mettre en valeur, c’est mieux. En tant qu’entreprise responsable, vous avez compris l’intérêt de vous engager dans une démarche RSE. La plupart d’entre vous ont été poussés sur la voix par vos parties prenantes, souvent externes (clients, investisseurs, etc.). Des plans d’actions ont été élaborés, des procédures et politiques rédigées et des activités organisées. En fin de cycle, la question du reporting se pose. Que mettre dans son premier rapport RSE ? Sous quelle forme ? Voici cinq clés pour réussir votre premier rapport RSE.

 

1.    Identifier son audience

La première question à se poser, c’est « à qui s’adresse votre rapport RSE ? ». En fonction de votre audience, le contenu du rapport ne sera pas le même. Réprimez l’envie de viser l’ensemble de vos parties prenantes. C’est comme ça que certaines entreprises se retrouvent avec des rapports de plus d’une centaine de pages, illisibles pour les non-initiés. Un rapport qui s’adresse à vos employés mettra en valeur le climat social et les conditions de travail par exemple, alors qu’une communication visant des investisseurs mettra l’accent sur la gestion des risques extra-financiers.

 

2.    S’appuyer sur le bon cadre de reporting

En l’absence d’obligations réglementaires en matière de reporting RSE au Sénégal, les entreprises sont libres de choisir le cadre de reporting sur lequel s’appuyer. Dès lors, la question que la crédibilité se pose : comment choisir les questions sur lesquelles communiquer et comment mesurer sa performance en matière de RSE de manière lisible et comparable avec ses pairs ? Heureusement, de nombreux guides de reporting existent aujourd’hui : les lignes directrices du Global Reporting Initiative (GRI), le Pacte Mondial des Nations Unies et sa Communication sur le Progrès (COP), et la norme internationale ISO 26000 pour ne citer que les plus généralistes. Quels que soient la taille de votre organisation et le secteur dans lequel vous opérez, vous trouverez un cadre reconnu sur lequel vous baser pour structurer votre rapport.

 

3.    Cibler les enjeux matériaux

Ne tombez pas dans le piège de lister l’ensemble des activités menées par votre entreprise dans le cadre de sa démarche RSE. L’idée ici n’est pas d’énumérer vos actions, mais de rendre lisible votre stratégie RSE. Identifiez les enjeux matériaux, c’est-à-dire ceux pour lesquels vous générez des impacts, ceux pour lesquels des attentes ont été exprimées par vos parties prenantes et ceux pour lesquels il existe des obligations réglementaires et/ou des bonnes pratiques sectorielles. Procédez ensuite à la hiérarchisation de vos enjeux RSE. Enfin, concentrez votre communication sur les enjeux les plus importants pour vous et pour votre cible. N’oubliez pas de vous appuyer sur un des cadres de reporting cités précédemment afin de mener à bien ce processus d’identification et de hiérarchisation des questions sur lesquelles communiquer !

 

4.    Quantifier ses actions par des indicateurs de performance

Comme pour la performance financière, la performance extra-financière se mesure aussi. Il est important que votre rapport contienne des informations lisibles et fiables. Mettre en place des indicateurs sociaux, environnementaux et sociétaux vous permettra de mettre en valeur vos réalisations en en chiffrant les impacts. Cela vous permettra également de pouvoir mettre en évidence l’évolution de votre démarche RSE d’une année sur l’autre, en disposant de baromètres de mesure objectifs et comparables. Et puis avoir des indicateurs chiffrés, c’est l’occasion de réaliser de jolies infographies pour mieux faire passer vos messages.

 

5.    Diffuser

Parce qu’un rapport, aussi bien rédigé soit-il, qui dort dans un tiroir ne remplit pas son rôle, il est primordial de diffuser, diffuser, diffuser ! Pour que votre premier rapport RSE soit réussi, il faut qu’il atteigne votre cible : vos parties prenantes. Alors pensez à la forme de rapport qui sera la mieux adaptée à votre audience. Imprimé, téléchargeable ou interactif, l’essentiel est qu’il soit accessible. N’hésitez pas à publier une newsletter ou un communiqué de presse pour annoncer la sortie de votre premier rapport RSE. C’est une étape clé de votre démarche RSE, et vous pouvez être fier de ce que vous avez réalisé !

 

Cet article vous a plu ? Pour en savoir plus, contactez-nous !

Aichatou Ndiaye Diallo

We Care - Sustainability Consulting, 81 Boulevard de la République, Dakar, Dakar, Senegal

Aïchatou Ndiaye Diallo est experte en Développement Durable et Responsabilité Sociétale. Passionnée par les problématiques de développement et persuadée du rôle décisif des entreprises et du secteur public dans la résolution de ces problématiques, elle a créé en 2015 le cabinet We Care. Forte d’une solide expérience en cabinet de conseil de renommée internationale et dans le secteur bancaire, Aïchatou a une connaissance approfondie des enjeux sociétaux auxquels les organisations sont confrontées. Elle a conseillé des grands groupes de tous secteurs d’activité en Afrique (Maroc, Nigéria, Burkina Faso, etc.), en Europe (France, Norvège, Suède, Danemark, Allemagne, Italie, Roumanie, etc.), en Asie (Chine, Taïwan, etc.) et en Amérique latine (Argentine, Brésil, etc.). Aïchatou est ingénieur diplômée de l’école des Mines de Douai et de HEC Paris.